Qui, mieux que l’artiste,
peut parler de ses peintures ?

Ce n’est pas de la fierté mal placée ou encore de la prétention. C’est simplement du bon sens.
J’apprécie le critique d’art, le journaliste ou le galeriste qui prend la peine de voir, comprendre, questionner, rencontrer l’artiste.
Je le félicite de ne pas inventer, interpréter, expliquer, commenter ce qu’il n’a pas vérifié auprès de l’auteur. Il peut dès lors écrire en connaissance de cause et se mouiller afin de nous partager son ressenti.
Si je déteste l’enseignant qui abuse de son autorité et se réfugie derrière des règlements administratifs, je soutiens l’éducateur curieux et soucieux d’enseigner les théories, les outils et les techniques afin de placer l’élève au centre de ses préoccupations.
Quoi de plus motivant pour un élève de rencontrer un pédagogue ouvert au partage et respectueux des différences.
Il n’y a pas (ou très peu) de mérite à instruire une classe de surdoués. Le meilleur enseignant restera celui qui porte, par ses conseils et ses encouragements, l’enfant en difficulté à un niveau supérieur.
Dans l’enseignement de l’art également.


> Technique … acrylique
> Transmettre ?