Débé, artiste-peintre

Bienvenue …

Vous ne verrez pas de peintures sur ces pages … mais des images qui ne reflètent pas leur texture, leur format, leur luminosité, leur relief …
Nous souhaitons simplement que ces “reflets” vous invitent à poursuivre cette découverte lors d’une prochaine exposition.

L’autre facette …

Dessins de Bruno DUPONT …les DESSINS de DéBé”

Ateliers

CONTACT-MAIL
6769 Robelmont > BELGIQUE
1510 Luxembourg > LUXEMBOURG
34120 Tourbes > FRANCE

AOA et B. Dupont©

S'abonner

Exposition en vue … à voir …

JUIN 2014 – ORVAL

ALBUM « Trace d’enfance »
Textes et peintures de Bruno Dupont – Photographies de Pierre Noël


Format 22 × 22 cm – 60 pages – Couverture cartonnée.
Prix : 20 eur – Commande via mail

Exposition permanente …

> metropolART Kunstgalerien – Breite Str. 153 – 50667 KÖLN (Allemagne)
> Galerie PLURIELLE – Maison natale de P. Valéry à 34200 SETE (France)

« Mes couleurs (vivent) à travers vous »

Pour voir les diaporamas, installez Adobe Flash et activez Javascript ...
Installer Adobe Flash

« Pourquoi mettre des mots … puisque je vous parle avec des couleurs, des traits, des formes, des lignes, de la matière, … ?

Je préfère vous entendre dire, sentir, re-sentir ce que mes toiles vous suggèrent. L’important – pour moi – est d’être surpris par vos lectures. »

. . . . . . . . . . . . . . . .
Quand Bruno Dupont alias DéBé entamait ses toiles à l’Académie des Beaux-Arts, sûr de lui, ses gestes tenaient autant du toréador que du peintre.
Nous tombions en adoration devant son alchimie et surtout les jus, les stries qui construisaient ses fonds de toiles constituant des oeuvres abstraites à part entière.

On connaît ses carrés, ses triangles, ses maisons, ses personnages, les agencements de toutes ces géométries et constructions qui trottent dans sa tête. Quelques fois son ancien métier de graphiste remonte à la surface d’une laitance riche et rutilante.
C’est un poseur d’objets, metteur en scène précis, raconteur d’histoire.
Il a un sens quasi maladif de la composition.
En peinture, ou dans son imaginaire, pour lui c’est la même faconde.

Pierre-Alain Gillet

. . . . . . . . . . . . . . . .
Journal Le Soir – Vendredi 26 novembre 2010

LES CASES DE DéBé PETENT LA VIE

« Demin, je seré… » Ces slogans, par dizaines, ont fait irruption voici quelques mois en Luxembourg et sur le net, sur des signets, des affiches, dans des cadres, et surtout dans un calendrier perpétuel. Un langage court, moqueur, naïf, décalé, rehaussé de dessins colorés.

DéBé, comme Bruno Dupont, en est le créateur. Le Robelmontois a choisi à 45 ans d’intensifier cet aspect créatif, tout en gardant un pied dans son premier métier, la publicité. Il est d’ailleurs issu d’une section graphisme et publicité, à St-Luc Liège, dans les années 80. Le « Soleil de Gaume » qui sort d’une enveloppe du syndicat d’initiative de Virton, c’est lui, comme le concept des « Ambassadeurs » de la brasserie d’Orval.

En compagnie d’un certain Vincent « Pic Pic » Patar, il se testa alors au dessin dans un cours donné par Jean-Claude Servais, dans son atelier. « On suivait pas à pas l’évolution des planches de Tendre Violette », se souvient-il. A 18 ans, il expose ses premières peintures dans une galerie virtonaise. Il s’agissait surtout de portraits à l’huile. Puis il se lance dans le graphisme, comme indépendant en créant sa société, Bravo, et AOA au Luxembourg. A 45 ans, la peinture le titille. Il avait déjà revendu Bravo il y a 3-4 ans. « Cela me permettait d’engager une carrière plus artistique. Je n’ai pas d’obligation absolue de vendre. »

Il reprend l’huile mais l’odeur le dérange et le séchage est trop lent. Un tic de publicitaire pressé… Il découvre l’acrylique dans l’atelier de Christine De Groot à Fontenoille, et à l’académie des Beaux-Arts. « C’est une texture qui me convient bien. » Ainsi naissent des toiles, toujours carrées, colorées, dont l’abstraction révèle tout de même, ou suggère, des rues, des maisons, des toits, des villages.

Puis il imagine des petites cases carrées, des « Demin, je… » Pas du langage SMS, mais comme un enfant qui écrit de façon phonétique. Simple, régional ou universel. Cela plaît. Et un calendrier perpétuel autoédité en naît et pourrait donner vie à d’autres versions, à d’autres styles de créations comme des jeux de cartes, etc. Tout est possible, tant qu’il y a un apport créatif. Sur Facebook, un millier d’amis donnent parfois des idées. C’est inattendu.

Jean-Luc BODEUX